Les révélations d’abus pédosexuels

L’une des raisons d’enseigner la sécurité personnelle aux enfants est de les amener à dénoncer les abus actuels ou passés. La plupart des programmes de sécurité personnelle enseignent aux enfants à prévenir un adulte de confiance si quelqu’un les touche de manière inappropriée. Les révélations ne sont toutefois pas toujours évidentes, et les adultes ne les détectent pas à tout coup. Il est important de savoir reconnaître les signes associés à des révélations d’abus sexuels.

LE SAVIEZ-VOUS :
IL ARRIVE QU’UN ENFANT SE CONFIE À UN AUTRE ADULTE DE CONFIANCE AVANT DE PARLER À SES PARENTS.
IIl arrive parfois qu’un enfant se confie à un enseignant ou à un autre adulte de confiance avant de parler à son père ou à sa mère, surtout si l’abuseur est une personne que le parent connaît ou à qui il fait confiance. Les enfants révèlent souvent les détails petit à petit plutôt que d’un seul coup. Il arrive parfois qu’un enfant déballe tout d’un seul coup, mais généralement, les victimes révèlent les détails petit à petit ou à travers des indices ou des signes. Ce processus peut prendre des heures, des semaines, des mois ou même des années. Si le processus est interrompu, découragé ou arrêté, l’enfant pourrait ne pas révéler la totalité des faits avant l’âge adulte, ou les taire à jamais. Les révélations accidentelles spontanées sont aussi possibles.
LE SAVIEZ-VOUS :
IL ARRIVE QU’UN ENFANT NIE LES FAITS APRÈS SES PREMIÈRES RÉVÉLATIONS
Il arrive parfois qu’un enfant revienne sur ses paroles ou nie les faits après ses premières révélations. L’enfant ne réalise pas toujours que ce qui est arrivé est mal et il ne révélera peut-être pas tout. Il faut bien comprendre qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’un enfant paraisse hésitant, désorienté, incertain ou nerveux lorsqu’il fait des révélations. Prenez garde de ne pas ignorer les éventuelles révélations d’un enfant simplement parce qu’elles vous semblent floues, incohérentes ou invraisemblables. Les adultes ont l’obligation légale de signaler toute suspicion d’abus, et non d’enquêter sur l’abus proprement dit.
Les adultes ont l’obligation légale de signaler toute suspicion d’abus, et non d’enquêter sur l’abus proprement dit. Prenez garde de ne pas ignorer les éventuelles révélations d’un enfant simplement parce qu’elles vous semblent floues, incohérentes ou invraisemblables.